Martin Widmer

-------------------------------
A PROPOS (English below)
--------------------------------------------------

Martin Widmer est un artiste Suisse qui réside à Genève. Il a fait ses études à la Haute école d’art et de design de Genève HEAD (ESBA) dans l’atelier de Silvie Defraoui ainsi qu’à l’Ecole nationale des beaux-arts de Paris dans l’atelier de Jean-Marc Bustamante. Il a exposé son travail dans de nombreux centres d’art et galeries en Suisse et à l’étranger. Il a également une activité de curateur, principalement au Centre d’art contemporain de Neuchâtel (CAN) dont il a rejoint l’équipe en 2012.

Si dans un premier temps le travail artistique de Martin Widmer s’est développé autour de la photographie et de la sculpture, il s’est ensuite focalisé presque uniquement sur le médium photographique. Il entreprend actuellement un travail d’écriture sous hypnose qu’il met en relation avec son travail plastique.

Sous l’intitulé Présence Martin Widmer a entrepris de nouveaux ensembles de photographies. En abandonnant le terme Objet pour celui de Présence l’artiste marque le fait qu’il veut englober la question du vivant (humain et animal) dans son travail. Il s’agit pour lui de prendre encore plus de distance, de reculer encore d’un pas et d’incorporer dans l’image tout d’abord son environnement direct voire intime (Présence I “Les Ambassadés”) mais également le spectateur et le dispositif de monstration (Présence III “Serpent”). L’artiste et le spectateur (sujet) qui étaient jusqu’alors séparés de l’œuvre d’art (objet) se voient réunis et traités sur le même plan. Le terme Présence doit donc être compris ici comme un dépassement de la dualité sujet-objet pour un état où les êtres et les choses ne sont pas séparés. L’artiste dans ce dernier mouvement opère donc un retournement spectaculaire de la situation où l’art, à force d’être mis à distance, d’être repoussé en dehors de l’objet-œuvre, prend finalement réellement place dans la réalité du quotidien.

En 2015, Martin Widmer a commencé un travail d’écriture qu’il réalise sous hypnose. L’artiste décrit, lui-même, ces textes comme des « dispositifs narratifs permettant de traiter en mouvements la question de l’image et de l’objet ». Ce travail, qui se veut tout d’abord être une méthode qui permettrait d’aller chercher des images directement à la source de l’esprit avant qu’elles ne soient filtrées par la pensée conceptuelle, est aussi un moyen de construire et de partager un espace idéal qui ne subit ni les contraintes ni les limitations de l’espace et du temps.

+ Texte entier

...................................

 

Martin Widmer is a Swiss artist based in Geneva. He studied at the Geneva University of Art and Design (HEAD / ESBA) in Silvie Defraoui’s studio, and the École nationale des beaux-arts of Paris in Jean-Marc Bustamante’s studio. He has shown his work in numerous art centers and galleries in Switzerland and abroad. He is also active as a curator, mainly at the Centre d’art contemporain de Neuchâtel (CAN), having joined the staff there in 2012.

While initially Martin’s art took shape around photography and sculpture, he has since focused almost exclusively on the photographic medium. He is currently pursuing writing under hypnosis, which he connects with his work in the plastic arts.

With Présence Martin started in on new series of photographs. By abandoning the term Objet for that of Présence, he is indicating that he wants to include the question of the living (both human and animal) in his work. This has meant distancing himself even more, taking a step back and incorporating in the image first its direct, even private environment (Présence I “Les Ambassadés”), but also the viewer and the display installation (Présence III “Serpent”). The artist and the viewer (subject), who, to this point, had been separated from the work of art (object), found themselves joined and being treated on the very same footing. The term Présence therefore has to be understood here as a surpassing of the subject-object duality for a state in which beings and things are not separated. In this latest movement, the artist pulls off a spectacular reversal of the situation in which art, by being put at a remove and forced outside the object-artwork, really does in the end take up a position in the reality of the day-to-day world.

In 2015, Martin began a writing project carried out under hypnosis. The artist describes these texts as “narrative devices making it possible to deal in motion with the question of the image and the object.” Intended to be first of all a method that allows the artist to go and seek images directly at the source in the mind before they pass through the filter of conceptual thought, this work is also a way of building and sharing an ideal space that does not suffer the constraints and limitations of space and time.

+ Full text

 

...................................